Nouvel opus, nouveau concert, printemps 2017


avec Dominique Dumont (Guitare, voix ) Production : Fanal


” …Benin sait écrire des chansons et sait chanter. Mieux que ça, il chante, et quand il chante ça sort profond, avec des pleins et des reliefs, avec des réserves de fraternité, de passion et d’humour. Ce serait assez pour la surprise et l’émotion, mais, derrière le bonhomme qui chante, il y a encore autre chose, il y a ce qu’il dit. Car s’il paraît impossible de chanter comme ça sans être sincère, ce qui est dit prend alors beaucoup d’importance… Une sorte de force heureuse. Quelque chose comme autre chose que de la chanson, de plus loin. Quelque chose comme une arrivée lumineuse dans la dernière petite gare de campagne. Peut-on écouter ces chansons sans se sentir partir comme une montgolfière ? Les chansons de Benin me mettent à la voile. Me donnent envie de chanter. J’aime ça : la solide chanson qui nous provoque en nous aimant. Sa complicité avec Dominique Dumont et son fils Hugo est un pur moment de bonheur…”

Lucien Nicolas (Chanson)


Plus d’une centaine de milliers d’albums vendus sans aucune médiatisation ni plan de carrière : Souffle puissant du bouche à oreille depuis le maquis des années 75 : Quarante ans de vie pour les chansons de cet homme dont l’inspiration ne s’essouffle pas. Sur le parcours, un prix de l’académie Charles Cros, l’Olympia à deux reprises, un prix de la SACEM, et surtout ce public-frère au rendez-vous de chaque concert buissonnier. Fertilité d’une carrière hors-norme…


Dans son maquis

Depuis plus de 40 ans et 40 disques, il chante entre étonnement et indignation sa quête d’homme et d’utopies… Morice Benin est de ces gens dont la fraîcheur et l’enthousiasme laissent perplexes… Pourtant l’homme pourrait être aigri par une audience restreinte à un public confidentiel. Il n’en est rien. Le chanteur à la voix singulièrement douce ou puissante continue de parcourir le pays… 40 ans que ça dure ! En besace, des centaines de chansons, parlant de l’homme qui se redresse, résiste et aime… Il vit sa confidentialité comme donnant un prix aux rencontres, puisque ce sont elles qui nourrissent sa création. Il a depuis longtemps quitté Paris, ses fastes, et comme il plaisante à se définir : « Je suis pourtant très connu de ceux qui me connaissent ! » Son public d’aujourd’hui est double : De sa génération, bien sûr… mais aussi des jeunes venants le découvrir… Comment garde-t-on tant de fraîcheur ? Il répond : « Peut-être grâce à l’étonnement qui est le ferment de ma vie : c’est là l’origine de la philosophie, de Platon à Socrate jusqu’à Montaigne… Le contraire de l’ankylose ou de l’aigreur en quelque sorte ! ».

Propos recueillis par Yannick Delneste (Journal « Sud-Ouest », octobre 2016).


« Selon la définition, il ne présente « aucun caractère de rigueur, de dureté », pourtant Morice Benin résiste au temps comme personne, près de 45 ans après son premier microsillon.

Le voilà, de nouveau, dans le chantier d’un disque… avec ses complices : Hugo (son fils) à la barre de la direction musicale et le fidèle Dominique Dumont, l’Alter-égo scénique (guitares, piano)…

Depuis les années 70, il a beaucoup donné par sa détermination, son indignation, en commençant par l’emblématique bataille du Larzac, la première ZAD… Pour autant, c’est la tendresse de cet homme qui le distingue, la fraternité qu’il affiche, et une sorte de sagesse qui se renforce au fil du temps… »

J.R (« Junk, octobre 2016)


Nouvelles chansons :

  • Entre les lignes
  • Quarante ans sont passés
  • A quoi servent les poètes ? Carpe diem
  • Tout l’monde le fait, ça doit être beau ! Je ne mens pas
  • La pluie sur la Bretagne
  • Tous Charlie, bien sûr… Le chant des artisans
  • L’arbre
  • Présence de l’amour
  • L’inespéré Donne, donne, donne
  • L’onde de la nuit
  • je vis (version 2017) …

Plus quelques incontournables :

  • Nous sommes beaux
  • Fils de la vie
  • Des forces
  • Les pays n’existent pas
  • Plus tu es heureux
  • N’oubliez pas
  • Souffle d’homme
  • Notre peur Laisse partir le chanteur
  • On avance…