Le pas de côté

Ça y est : Je suis prêt !

Même si la transition se profilait depuis une petite décennie :

Depuis que la plupart de mes concerts se sont fait buissonniers, se passant de prospection, de décideurs, de volontarisme.

Plus de « secrétariat-tournées », plus d’agent, plus de challenge…

Je me désinscris de la grande compétition, du postulat à la célébrité, à l’exponentiel. Je fais désormais confiance en la Société civile pour réguler la diffusion de mes concerts, les rendant accessibles à toute proposition (chaleureuse, conviviale, motivée, autonome). En un mot : Je choisis là où je veux aller chanter, et ce sont presque toujours des particuliers qui suscitent ces rendez-vous.

Bien sûr, c’est plus simple aujourd’hui que je suis seul dans le navire, avec juste l’amitié complice de quelqu’un qui m’accompagne pour l’installation de ces petits concerts.

L’aspect financier, bien que nécessaire, n’est pas prépondérant.
Avant, lorsque je tournais avec un ou des musiciens sous l’impulsion d’une secrétaire de tournées, je me sentais un peu comme un mini- chef d’entreprise…. Aujourd’hui, je me vois plutôt artisan privilégiant ses chantiers, en liberté.

C’est tout un pan de la façade qui s’écroule…

Mais ce choix est forcément lié à l’indépendance et la maturité d’amis ou de passeurs suscitant l’évènement.
Et pourquoi le feraient-ils ? Pour m’aider simplement ? Peut-être… Surtout parce qu’ils ont perçu le lien entre ce qui est avancé dans les textes de mes chansons et leur propre désir que le monde bouge et se métamorphose… Je dis cela sans me prendre pour prophète ou un poète. Simplement conscient de cette quête qui nous rend complices en nous faisant artisan d’une transformation qui nous dépasse nous-mêmes…

Alors voilà : je poste aujourd’hui ce « message » comme une bouteille à la mer. Sauf qu’il n’y a pas de SOS, mais une joyeuse invitation  à nous reconnaitre. J’ai la sensation qu’en le faisant, je participe ainsi à fêter le vivant. A célébrer l’enfance, l’alliance amoureuse, l’indignation éveilleuse, l’inconnu réjouissant…

« Le monde a été sauvé depuis le commencement… »

Disait le proverbe bouddhique.

Morice Benin, en ce matin du 17 avril 2019

One thought on “Le pas de côté

  1. Bonjour à vous,

    Et bien voilà, pas plus tard qu’hier soir, nous parlions de vous dans un coin du Poitou et un ami me disait que vous passiez prochainement du côté de Saint-Georges de Noisné (79), chez une amie à vous, dans la grange. Je vous y avais vu il y a presque longtemps déjà et sûr que je viendrais vous y réécouter à re-nouveau et avec plaisir. Dites-moi la date de votre venue (si venue il y a…), si vous voulez bien, car je n’ai pas trouvé sur votre site.
    J’aime beaucoup ce que vous avez écrit sur le “pas de côté”, que je viens tout juste de découvrir (je prendrai le temps de lire les autres éditos plus tard).
    Cela fait quelque temps ( pour ne pas dire quelques années…vous voyez, moi aussi, je prends le temps) que je voulais vous signaler une émission de radio que je propose sur une petite radio associative vers Melle et qui s’appelle “dans la compagnie des chavireuses d’âmes”. Alors, je me permets aujourd’hui de vous confier le lien de mon blog sur lequel sont toutes les émissions de radio que j’ai façonné jusque là. Vous les trouverez surement, en cherchant un peu, parmi bien d’autres présences. Vous dire que votre voix à vous s’est souvent invitée dans plusieurs émissions…(vous êtes d’ailleurs dans la dernière, celle du joli mois de mai…).
    Voilà, je tenais à ce que vous le sachiez.
    Alors, à bientôt peut-être.
    Une belle fin de matin je vous souhaite.
    Florence Bonneau
    https://florencebonneau.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *